CAR&D

Hybride

Définitions

.

Aspect énergétique

L'approche de l'horizon d’épuisement des réserves de pétrole a conduit via la montée des prix de l'essence à la grande révolution des années 2000, le passage à l'électrique et l'hybride d'une partie notable des véhicules.

Des pionniers avaient exploré ces solutions un siècle auparavant, voir par exemple la Porsche hybride de 1900 moins pour des raisons énergétiques que parce que la propulsion électrique avec moteur roues permet un montage mécanique très simple ne nécessitant pas de joint de transmission, pas encore disponibles.

L'hybridation des véhicules joue sur au moins un de ces facteurs :

Couplage avec la dynamique du véhicule (publié dans le n°800 de la SIA)

Pour des raisons énergétique, l’hybridation arrive à grande vitesse dans les véhicules. La prise en compte par la dynamique du véhicule des systèmes de propulsion hybride (sous forme 2 roues motrices ou 4 roues motrices, avec ou sans moteurs-roues) va se superposer aux développements des systèmes existants.

Au delà de sa qualité essentielle « zéro émission », le moteur électrique présente l’avantage d’être plus pilotable que le moteur thermique ; au delà de sa fonction de substitution ou de complémentation de la propulsion, on peut donc lui confier des fonctions de régulation et imaginer une nouvelle ventilation de ces fonctions :

Dans tous les solutions d’hybridation, on accède à une assistance à l’accélération qui peut permettre d’autres fonctions, par exemple le lissage de l’accélération longitudinale au changement de rapport, la régulation fine de la vitesse.

Dans les phases de décélération, les solutions nobles de motorisation permettent la récupération d'énergie. Il est évident qu'il est intéressant de privilégier ce freinage récupératif par rapport au freinage"thermique par frottement" classique. Ce premier n'étant pas nécessairement effectif sur toutes les roues, il est donc nécessaire de coupler les deux systèmes.

Lorsqu’on cherche à maximiser la récupération d‘énergie au freinage, il est nécessaire de réguler ce moteur électrique réversible et donc d’interférer avec la régulation hydraulique ABS.

Dans les solutions comportant au moins un moteur électrique arrière, on accède évidement aux fonctions de 4RM, mais la pilotabilité du moteur électrique peut permettre d’envisager des fonctions de répartition variable et de régulation de vitesse en descente.

La solution de deux moteurs-roues arrière permet d’obtenir :

<< page précedente| Retour en haut de page|page suivante >>

fr Français  |    en English lock_delete Accès réservé